Trilogie sans logique

Voici un petit résumé (ou pas) des derniers films que j’ai vu au cinéma, ou non !

Terminator Renaissance

Bon voilà, c’est Terminator. Je ne connais pas grand-chose des premiers, je me souviens d’avoir vu le troisième à la télé, qu’il s’agissait de sauver l’Elu (si on peut dire) sans qui la future Résistance ne serait Rien. Mais Résistance contre quoi ? Contre Skynet qui dans le futur serait un gros ordinateur supra intelligent qui réduirait l’Humanité en miette. Et donc dans le 3, Skynet a envoyé dans le passé des Terminator pour exterminer John Connor avant qu’il ne devienne ce futur leader de la Résistance…

Dans ce Terminator Renaissance, nous nous trouvons dans le futur où John Connor est un élément important de la Résistance, vu comme un prophète, bien que le film commence dans le présent avec l’exécution d’un meurtrier qui donne son corps à la science. La guerre contre Skynet bat son plein et John Connor doit sauver son futur père d’adolescent pour qu’il puisse aller dans le passé y rencontrer la mère de John, pour concevoir John qui aura ce rôle important dans le futur, en ne sachant plus trop bien où se situe le présent.

Bref, c’est un bon Terminator qui est convaincant visuellement. J’ai beaucoup aimé le personnage de Marcus qui me rappelle un peu la problématique entière de Gunnm : c’est à dire qu’est-ce qu’un humain ? Est-on humain parce qu’on croit l’être ou est-on humain parce que nous sommes entièrement de chair et de sang biologiquement même sans avoir une once d’humanité en nous ? Dans tous les cas, je l’ai trouvé beaucoup mieux foutu qu’un Prédiction et ce film aura le mérite de n’avoir Aucune scène de sexe. Et purée, ça fait du bien ça !

Bon, après on accroche ou non à l’univers de Terminator, mais dans tous les cas, je le trouve un peu plus humain, moins compliqué qu’un Matrix qui nous perd dans ses prophéties (je parle du troisième) et peut-être moins ambitieux, ce qui le rend plus charmant en somme. Un bon Terminator, et un bon film du genre.

Sex and the City

Wouhou, dans un tout autre registre, j’ai enfin vu ce film.

Tout d’abord, commençons par les choses qui fâchent : je n’ai jamais réussi à accrocher à la série. Pourquoi regarder le film en ce cas ? La curiosité peut-être mais aussi le dictat de la majorité devant une soirée DVD. Ah, c’est triste la vie !

Ce film, je suis d’accord, il est comme la série. On retrouve les quatre filles matérialistes qui ne peuvent jurer que par les marques, s’acheter des coussins à 300 dollars et dépenser des fortunes en robes immondes et tenues plus moches les unes que les autres tout en prétextant que c’est l’incroyable classe. Navrant que de penser que ces filles sont le modèle de milliers d’autres. Déprimant de penser que cette série est considérée comme culte vue au premier degré. Argh que de penser que des mecs pensent que les filles sont ces trucs-là !

Bref, ce film, voguant entre une situation réaliste, le conte de fées, et le nunuche gavant, ne vaut pas trois copecs. Bien fait de ne pas dépenser dix euros pour le voir au cinéma. Vraiment, comment peut-on ne pas aller à son mariage pour une phrase jetée en l’air sur le coup de la colère qui fait évidemment douter de Tout ? Un mariage qui bat de l’aile pour une histoire de dressing ? Qu’il fallait évidemment un mariage de princesse ? La fin me faisait penser à Rachel dans Friends quand elle retrouve ses amies de la fac et que les autres les comparent à des poules. C’est exactement ça. Ah, rien qu’à y repenser, j’ai du dégoût dans la bouche en vomissant sur ces filles qui n’ont que du shopping à faire dans la vie tout en devant faire Absolument de la gym parce que vraiment hein, le dictat de la mode… Ne parlons pas qu’une vie se résume à un sac Vuitton. Non, vraiment. On n’est pas de la même planète, et ce film est à jeter aux ordures, comme la série d’ailleurs.

Le Parfum : Histoire d’un meurtrier.

En voilà un film de bien ! Bon, je vous le dis tout de suite, je n’ai pas lu le livre, mais le film m’a beaucoup interrogée. Autant dire que le scénario est bien, les personnages sont biens, les acteurs sont biens, tout est bien ! Le rendu des images pour faire penser aux odeurs est impeccable et le personnage de Grenouille est bien rendu. J’ai beaucoup aimé le narrateur également qui raconte d’une voix égale tous ces malheurs donnant une petite touche d’humour et d’ironie mordante au final au film.

Par contre, il est dit que Grenouille n’a aucune notion de bien ou de mal, ce en quoi je ne suis pas d’accord, pour la seule raison qu’il cache ses expériences, et les restes de ses victimes. Il doit donc savoir que c’est perçu comme mal par la société… Son obsession par contre va bien au delà de ses quelques notions de morales. En tout cas, j’ai commandé le livre, j’ai envie d’en savoir plus.

Je me demandais si l’auteur avait choisi d’aller jusqu’au bout ou non, et la fin m’a quelque peu surprise tout en me disant qu’il n’aurait pas mieux choisi. C’est un film qui fait réfléchir. A voir.

Comments (1)

Stefjuillet 15th, 2009 at 19:28

Kiffe la critique de SEX AND ZE CYSTITE !!

(et le dictat de la majorité c’est même pas vrai :o )