Le Dernier Enchantement

Et ça y est, c’est pour de bon. Je viens de finir le troisième tome du Cycle de Merlin de Mary Stewart.

Ca fait…. tout étrange de finir cette trilogie qui est vraiment une très bonne trilogie, avec un Merlin que l’on suit de sa jeunesse jusqu’à… sa non-mort ! Enfin, que dire de ce dernier tome ? Ici, nous avons à faire avec le règne d’Arthur, jusqu’en gros au commencement de la quête du Graal (qui recouvre les dernières années) donc ici, vous ne verrez pas Mordred tuer son papounet ! (hey non, et d’un côté c’est tant mieux !) Le livre s’attache à ne suivre que la vie de Merlin, ses pensées.. etc. Or, il se trouve que c’est la partie où Merlin intervient le moins dans le règne d’Arthur, de ce fait, les interactions entre les deux sont beaucoup moins nombreuses. De plus, il s’agit de la fin de vie de Merlin, lorsqu’il perd peu à peu tous ses pouvoirs… Nous le voyons d’homme en pleine force de l’âge devenir un vieillard maladif, c’est très particulier… Et en même temps, nous le voyons tomber amoureux. Hey oui, dans ce tome, Viviane apparaît…

Ce que j’aime bien dans cette trilogie de Mary Stewart, c’est que beaucoup d’événements du règne d’Arthur sont juste… comment dire ? On les nomme dans une conversation, puis on les met de côté, Merlin n’ayant pas été là, et Arthur ne voulant pas en parler plus en avant, le lecteur ne peut en savoir plus, même s’il sait que ça s’est passé. A lui de faire le travail de profondeur. Ici, nous n’avons que le point de vue de Merlin, les descriptions de Merlin, les émotions de Merlin, c’est un peu son autobiographie en somme. De ce fait, il ne peut pas être au courant de tout et avoir tout vécu. C’est pour cela que le dernier chapitre… n’est pas une fin en soi. C’est une autobiogrpahie d’ailleurs, logique que l’on n’assiste pas à la mort de l’écrivain.

Non, vraiment, ce cycle est de qualité. Il est riche, l’écriture fluide…. Je le conseille à tous, débutants ou confirmés dans les Légendes Arthuriennes. Un des meilleurs !