La saga Vorkosigan

Les transports, c’est chouette. Comme en ce moment, je ne dors plus dans les transports (je dois être trop en forme XD), je rattrape mon quotat de bouquins à une vitesse incroyable. Ma moyenne est de 200 pages par jour environs. Alors moi qui m’étais achetée les derniers volumes qui me manquaient de la saga Vorkosigan, en pensant qu’ils allaient me durer… Eh bien NON ! J’ai fini hier le dernier volume inconnu. Me reste plus que les one-shots et les volumes qui ne sont pas sortis en français…

J’ai découvert cette saga écrite par McMaster Bujold quelques années auparavant, en commençant, sans le vouloir, par l’avant-dernier tome (comme toujours). Mais, mais j’ai éclaté de rire en le lisant, j’ai accroché. Les personnages sont tordus, attachants, charismatiques… Aucun n’a tout pour lui, ils ont tous énormément de défauts et sont tout simplement… humains. Le héros est loin d’être le super-héros de base. Miles a de sérieux handicaps physiques : une taille de nain, la colonne vertébrale de travers, des os de verre, j’en passe et des meilleurs… mais son besoin de reconnaissance envers sa planète fait qu’il se donne à fond et d’une manière inattendue (souvent même pour lui) arrive à ses fins… La saga Vorkosigan suit l’évolution de Miles, sa jeunesse, sa maturité… Bref, c’est la vie de Miles, mais parfois ce n’est pas Miles le personnage central de l’histoire….

Cordelia Vorkosigan

Ce tout premier tome nous entraîne avant Miles et avant sa conception. Cordelia Naismith est une betane, capitaine de vaisseau. Elle va se retrouver coincée sur une planète qui suit une invasion barrayarane. Ah, mince alors ! Pas de bol ! Il se trouve que par hasard, elle va rencontrer le commandant de cette invasion (pas par l’ordre) nommé Aral Vorkosigan qui subit… une mutinerie ! C’est à deux seulement qu’ils vont récupérer leur place !

On rencontre dans ce tome la future Lady Cordelia Vorkosigan, une grande femme rousse avec un caractère devenue légendaire dans les tomes suivants, vu que tout le monde la craint. On rencontre également le futur père de Miles. Ce tome est un peu indispensable pour comprendre quelques sous-entendus évidemment dans les suivants, mais n’est pas forcément nécessaire. En fait, chaque tome peut se lire tout seul, mais c’est quand même mieux de tout comprendre pour le savourer entièrement. On fait la rencontre également du style de McMaster Bujold. Autant le dire, c’est un régal : de l’hmour même dans les situations les plus catastrophiques ! De plus, Cordelia a du caractère et l’on comprend un peu mieux les origines de Miles. Très court également, donc il ne faut surtout pas s’en priver !

Barrayar

Cordelia est enceinte, mais…. vu la situation politique importante de son mari, elle subit un attentat qui va empoisonner son bébé. Ni une ni deux, elle refuse son rôle de femme Barrayarane à rester cantonnée à la maison, et va être l’instigatrice de nombreux changements sur cette planète, à combattre à la fois les hommes et surtout la pensée de ces hommes. Adieu les préjugés, ils vont rencontrer la Betane qu’elle est.

De nouveau, Cordelia est l’héroïne de ce tome qui est vraiment très important dans l’histoire même de Barrayar, puisqu’il conditionne un peu les personnages de la génération suivante : Miles tout d’abord, mais aussi Gregor, Ivan et toute la planète de Komarr en fait. C’est un peu un tome clé pour comprendre tous les non-dits des tomes suivants puisque la vérité est seulement dite dans celui-ci. On peut dire qu’il s’agit du préambule à la saga Vorkosigan et c’est toujours un délice. Un peu moins amusant que le premier évidemment, puisqu’il touche de nombreux thèmes assez sensible : bébé difforme, politique, parricide, infanticide, folie… que du joyeux en somme !

L’apprentissage du guerrier

Miles a 17 ans. Il a pass sa jeunesse affublé d’un garde du corps, et aujourd’hui, il passe les épreuves physiques pour entrer à l’académie militaire (les Vors étant une caste militaire). Malheureusement, un saut mal réceptionné et le voilà avec deux jambes cassées. Son grand-père meurt pe à peu et Miles a du mal à se remettre à la fois de cet échec et surtout pense que cet échec a tué son grand-père. Il part pour Beta prendre des vacances et du recul… Mais Miles ne peut rester inactif même durant ses vacances…. Et pour loisir et sans le vouloir, il va monter une flotte de mercenaires… dont il se retrouvera amiral !

Ah le premier tome où l’on découvre Miles, un personnage pour le moins complexe qui à chaque fois veut se dépasser pour prouver que la valeur n’est pas seulement dans le physique. On se rend très vite compte qu’il n’est pas ordinaire, on dirait une pile surchargée la plupart du temps, à courir à droite à gauche et sans le savoir c’est un meneur d’hommes : par son intelligence, sa stratégie, il va démontrer qu’il est indispensable à l’armée, à sa planète. C’est aussi dans ce tome qu’on découvre comment les mercenaires Dendarii ont été créés, sa rencontre avec Elli Quinn également. Court, et jamais de temps mort, ce tome est un véritable petit plaisir qui nous entraîne à la rencontre du jeune Miles !

Miles Vorkosigan

Miles a reçu le droit d’entrer à l’académie militaire finalement. Il a reçu sa première affectation : une base arctique avec un commandant pa vraiment agréable ! Et Miles n’est pas vraiment le subordonné idéal puisqu’il n’arrive jamais à suivre les ordres. Au contraire, il les dépasse d’une certaine manière… Cette histoire va l’entraîner plus loin que prévu : éviter une guerre avec les Cetagandans !

Un Miles un tout petit peu plus âgé qui a déjà beaucoup accompli à son âge. On se rend compte qu’il n’est pas toujours évident d’être enseigne dans l’armée, et que même si les grades respectent une hiérarchie, on peut toujours user de sa véritable identité comme d’un poids. C’est un tome pour le moins important, puisqu’ainsi on suit Miles et son évolution en agent secret ! A l’entrée de la SecImp, sa collaboration avec Simon Illyan. Un statut bien particulier et une échelle de commandement assez courte, qui permet à notre héors d’avoir un statut particulier qui lui convient bien, et en plus, cela sert l’Empire Barrayar, que demander de plus ?

Cetaganda

Miles est envoyé avec son cousin Ivan en mission diplomatique sur Cetaganda. Rien de compliqué, si ce n’est qu’ils se retrouvent par le plus grand des hasards en la possession d’un objet de la plus haute importance. Et voilà Miles entraîné dans une histoire de sombre complot visant la Crèche des Etoiles, l’institution la plus importante de Cetaganda. Il va tout faire pour résoudre cette affaire et sauver par cet intermédiaire l’Empereur de Cetaganda.

Ce tome nous en apprend plus sur Cetaganda et sa hiérarchie bien particulière. Il faut dire que les Hautes sont pour le moins fascinantes ainsi que leur univers… Il peut se lire entièrement comme un tome à part, une aventure à part, mais on comprend où Miles a reçu une certaine médaille…

Les Frontières de l’Infini

Ce tome est un peu spécial, puisqu’il regroupe trois nouvelles. La première, les Montagnes du Deuil traitent de l’infanticide, du regard sur l’autre… Une histoire délicate où Miles va affronter les regards convenus et des fois, haineux. La seconde nouvelle nous apprend comment le sergent Taura va se joindre aux Dendarii ! Et si vous lisez la saga Vorkosigan, on ne peut pas ignorer Taura ! Et la troisième nouvelle nous remet dans l’ordre chronologique : Miles va sauver des prisonniers des Cetagandans !

Un clone encombrant

Après le sauvetage des prisonniers, la flotte Dendarii a subi quand même de nombreux dommages, et il faut tout réparer. Les voici sur Terre, réparant, se reposant, mais Miles en direct de son ambassade ronge son frein : les crédits dont ils ont besoin n’arrivent toujours pas. De ce fait, il soupçonne un traître dans la chaîne du courrier ! Est-ce Galeni, son capitaine à l’ambassade ? Est-ce autre chose ? Jusqu’à ce que Miles tombe né à né avec lui-même, ou plutôt… son clone !

Ahah, la première apparition de Mark ! Et de Galen ! Et de Galeni ! Ici, il y a foison de nouveaux personnages, surtout que la relation entre Miles et Quinn prend enfin son envol ! Que de nouveauté dans ce tome, c’est un véritable bonheur. Mais plus on va dans la série, plus le style de McMaster Bujold se savoure ainsi que ses situations… pittoresques ! Bonheur, bonheur, quand tu nous tiens !

La Danse du Miroir

Qu’a fait Mark quand il s’est libéré ? Eh bien ce qu’il a dit dans le tome précédent : libérer les autres clones ! Mais, pour cela il a repris l’identité de Miles pour commander les Dendarii… Bel Thorne accepte de le suivre bien qu’il ait deviné qu’il s’agissait du clone. Catastrophe pour Miles ! Il part à leur secours et… se prend une grenade en plein torse. Placé dans une boîte de cryogénération, ce ne serait pas si grave… sauf que l’on perd la boîte. Mark, arrivé sur Barrayar va tout faire pour retrouver son progéniteur de frère. Et il va rencontrer plus d’un démon.

C’est un tome savoureux pour mieux comprendre Mark. De même, un tome assez marquant dans son développement et aussi celui de Miles, puisque cela va conditionner la suite de sa carrière. La relation entre les deux frères se construit peu à peu, et Mark trouve peu à peu sa place dans le monde farouche de Barrayar…

Memory

Miles ne sort pas tout à fait indemme de sa cryogénération. Il subit des convulsions. Il en a fait une sur le terrain. Un tir a coupé en deux un de ses coéquipiers. Le malheureux s’en remet et ça n’aurait pas été si grave si Miles n’avait pas falsifié le rapport… Simon Illyan son supérieur le renvoit. Tout simplement. Et Miles broit du noir. Jusqu’à ce que Simon Illyan subisse une attaque. On refuse à Miles le droit de le voir… Tout simplement parce que Miles est le suspect numéro 1 ! Ni une, ni deux, il essaie de trouver un moyen pour mener l’enquête ! et Gregor, l’Empereur, va lui en trouver un : il le nomme Lord Auditeur, la Voix de l’Empereur. Miles va pouvoir commencer son enquête délicate pour sauver Illyan !

Ah, ce tome est un délice. Plus on avance, plus les enquêtes gagnent en finesse, les complots et les trahisons deviennent de plus en plus difficiles à repérer. Et la jalousie dans tout ça prend des proportions assez exceptionnelles. A dire vrai, Miles a encore une fois court-circuité le système de hiérarchie habituelle, mais on le voit à la fois dans sa période la plus noire et sombre, et ensuite dans la pleine possession de ses moyens ! Un petit bijou pour tout ceux qui savent apprécier cette saga !

Komarr

En tant que Lord Auditeur, Miles est envoyé sur Komarr pour résoudre avec le Lord Auditeur Vorthys une mission délicate sur le miroir. Pour cela, ils logent chez la nièce de dernier, Ekaterin Vorsoisson, épouse d’Etienne Vorsoisson et mère de Nikolaï. Ekaterin n’est pas heureuse, tout va de plus en plus mal dans son couple. Et Miles va tout faire pour que tout ceci ait une issue heureuse… Surtout pour le bonheur d’Ekaterin !

Ah Miles amoureux… On l’avait déjà vu amoureux : d’Elena, de.. Taura si l’on peut dire…, de Quinn… Mais alors, jamais comme avec Ekaterin. Le vrai coup de fodure, et comble du malheur, il n’a pas le droit d’y toucher : elle est mariée ! Autant dire qu’il ronge son frein notre héros ! Mais tout est si compliqué comme toujours… heureusement Miles sait y faire avec les noeuds…

Ekaterin

Le premier tome que j’ai lu. Et mon préféré. Ekaterin est rentrée sur Barrayar et pour le moment, elle veut être loin de sa famille. Elle habite chez son oncle Vorthys et compte reprendre des études. Elle a besoin de temps pour se remettre de l’épisode douloureux de Komarr. Mais une jeune veuve célibataire ? Les prétendants affluent de toute part et Miles a peur d’être doublé ! Il rentre en guerre pour faire sa cour !

Cet épisode mêle à la fois romance, politique, complot, et idées révolutionnaires tout simplement. On rentre dans le système Vor, des alliances discrètes, du jeu de vote… Non, vraiment, l’un des tomes les plus riches où les personnages prennent leur envol. Ils sont tous à l’âge de la pleine puissance et cela se voit ! On adore, on en redemande, encore et encore !

Immunité diplomatique

Miles et Ekaterin sont sur le retour de leur voyage de noces. Mais Gregor leur envoit un courrier pour envoyer son Auditeur le plus proche dans l’espace Quaddie. Une étrange affaire s’y déroule. Une étrange affaire qui peut avoir pour but d’entraîner une guerre entre Cetaganda et Barrayar.

On retrouve Bel Thorne et Nicol. Des personnages qui nous avait intrigués et charmés. Miles est à l’aise dans son rôle d’Auditeur Impérial et Ekaterin a clairement acquis une confiance en elle digne d’une Lady Vorkosigan… Les enfants sont en route qui plus est. On se demande dans quelles aventures ils vont nous entraîner ceux-là !

Voilà… Il s’agit d’une saga riche et pleine d’humour, d’intrigues politiques. Du space-opera comme on aime. Le style n’est jamais trop lourd, il n’y a jamais de longueur. On le lit toujours avec plaisir. Et on attend avec impatience que les tomes non traduits le soient ! Et on espère que la saga ne s’arrêtera pas là !

Comments (2)

Donaxmai 29th, 2008 at 04:37

^_^

C’est vraiment une serie geniale et je conseil a tout le monde de la lire dans l’ordre chronologique pour profiter pleinement de tout les sous-entendus dont sont bourres les bouquins.

Je suis a la recherche des one shot pareil que toi, entre autre le mariage de Miles… Sinon en francais il y a Operation Cay et Ethan d’Athos deux livres dans le meme univers, l’un avec de totalements nouveau perso et l’autre ou on retrouve Quinn.

Bref previent moi si jamais tu mets la main sur des one shot en anglais, ca m’interessera de savoir ou tu les as pris.

Myaahmai 29th, 2008 at 07:41

Ahah, je vois que nous sommes à la recherche du même one-shot en priorité :D T’en fais pas je te le ferai savoir quand je le trouverai ! :D